Toujours L.A.

Bruce Wagner

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau

«Une rage qui brise tous les tabous. Bruce Wagner est un visionnaire déguisé en farceur. »

Salman Rushdie

PRÉFACE ORIGINALE DE JAMES ELLROY

Si vous voulez entretenir l’illusion d’Hollywood ville du rêve, du glamour et des lumières, ce livre n’est pas pour vous !

Kit Lightfoot s’apprête à jouer un handicapé mental dans le prochain film de Darren Aronofsky. Après des rôles de cadavres dans Six Feet Under, Becca gagne péniblement sa vie comme sosie de Drew Barrymore lorsqu’elle est approchée par Spike Jonze pour une production d’un type un peu particulier. Lisanne est une jeune secrétaire névrosée, folle de sexe et de yoga. Trois destins qui vont se croiser à la faveur d’événements tragiques.

À Hollywood, le monde se sépare en deux catégories : ceux qui, célèbres, vivent dans la terreur de ne plus l’être et ceux qui craignent de ne jamais le devenir. C’est sur cette ligne de démarcation de l’ego, de l’hypocrisie et des névroses que Bruce Wagner affûte son rasoir et fourbit sa plume, arpentant la face obscure de la mecque du cinéma, sa réalité la plus crue, les cauchemars climatisés de l’usine à rêves.


Critiques

« Le grand roman hollywoodien. » Bret Easton Ellis

« Un chef-d’œuvre. » James Ellroy

« Un écrivain sans pitié. » Oliver Stone :

« Bruce Wagner ? Un Joyce dont Hollywood est le Dublin. » David Cronenberg

« Wagner est un moraliste dont le drame est d’avoir comme terrain d’étude la ville de tous les excès, de tous les affects, de toutes les addictions : Hollywood, la capitale de l’immoralité. Dans une prose survitaminée, avec une rage qui brise tous les tabous, un humour dévastateur, Bruce Wagner va droit au cœur du sujet. C’est un visionnaire déguisé en farceur. » Salman Rushdie

« Toujours L.A. fait le plein de névroses, de faux-semblants et de personnages qui dévissent. » Libération

« Toujours L.A. est un peu la bible de nos années paillettes : l’histoire d’une chute dans la cité des Anges. » Elle

« Trash et déjanté ce Bûcher des vanités des années 2000 met à nu la cohorte de cloportes qui grouillent à L.A. » FHM

« Servi glacé, bien frappé, avec un maximum de sauce piquante, Toujours L.A. est une vision sauvage de la Sodome et Gomorrhe des temps modernes. Bruce Wagner possède un sixième sens digne d’une chauve souris pour détecter les névroses contemporaines sous les gestes les plus ordinaires, et un œil digne de Tom Wolfe lorsqu’il s’agit de définir en quelques lignes la tragédie d’une existence : qu’elle se loge dans une cérémonie des oscars ou dans une nouvelle crème de jour qui fait fureur à Beverly Hills. » The New York Times

« Bruce Wagner est le Nathanael West, le Budd Schulberg de ce siècle. Vous ne trouverez pas un seul roman hollywoodien plus drôle, plus méchant, plus en colère que Toujours L.A. » The Washington Post

Bruce Wagner est né en 1954. Il est scénariste, producteur et metteur en scène. Toujours L.A. est son premier roman publié en France.978-2-35584-004-3 • Nombre de pages : 400 • Format : 14x22 • Prix public : 22 euros • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau • Mise en vente : 14 février 2008 Interforum : 391 677 / Prix, dates de parution, éléments techniques, couvertures, photos et crédits non contractuels

Du même auteur

Commentaires