Alphabet City

Eleanor Henderson

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Demarty

Entre Gus Van Sant et Larry Clark : le portrait d’adolescents
à la dérive dans le New York des années 1980.

Vermont, années 1980. Jude Keffy-Horn, fils adoptif d’un couple de hippies, est élevé par sa mère qui, pour subsister, vend des bangs artisanaux. Livré à lui-même, l’adolescent passe ses journées à tromper l’ennui en fumant de l’herbe avec son meilleur ami Teddy en rêvant à une vie plus palpitante. Après un terrible drame, Jude va rejoindre son père, dealer de marijuana à New York. Là, il découvre une ville violente et dépressive, loin du Flower Power, celle de l’ère Reagan, des junkies de Tompkins Square Park, des débuts du sida, mais aussi une ville plus vivante et excessive que jamais, qui voit naître l’explosion du punk hardcore au CBGB. Traînant dans le Lower East Side en compagnie d’Eliza, sa demi-soeur, Jude retrouve Johnny, le frère de Teddy, qui les initie à un courant punk radical, le Straight Edge. Loin des idéaux de leurs parents, Eliza, Jude et Johnny vont tenter de vivre au sein de cette nouvelle famille, avec sa musique, ses idéaux, ses excès aussi, aux conséquences souvent dramatiques.

Eleanor Henderson retrace ici cette lente apocalypse blafarde qu’a été la fin des idéaux hippies et l’agonie brutale du mouvement punk qui lui a succédé. Elle brosse surtout un portrait magnifique et universel de trois jeunes à la dérive, qui trouvent dans la musique de leur temps à la fois une culture et une identité provisoires, avec lesquelles il leur faudra forcément composer pour entrer dans l’âge adulte.


Eleanor Henderson est née en 1980. Alphabet City est son premier roman.

 

978-2-35584-203-0 • Format : 14 x 20 cm • Nombre de pages : 500 • Prix public : 21 euros • Mise en vente : octobre 2013 Interforum : 551 771 / Prix, dates de parution, éléments techniques, couvertures, photos et crédits non contractuels

La presse en parle

« Alphabet City est la progéniture de Lester Bangs et d’Anne Tyler. Je n’imagine pas un seul instant
qu’on puisse passer à côté. » Nick Hornby
« Alphabet City est drôle, touchant, virtuose, surprenant et très lucide. » Arthur Phillips

Commentaires